Libres et confinés (chronique sur Sud Radio)

(la chronique sur Sud Radio est en podcast ici)

Je vous raconte l’histoire de Delphine et Marinette.

Ce sont 2 voisines.

Delphine et Marinette habitent dans la même résidence, dans deux appartements de même superficie, elles sont toutes les deux confinées avec leurs maris respectifs et toutes les deux avec 2 enfants du même âge.

Delphine et Marinette se croisent ce matin au local poubelle, à 1m50 de distance, elles discutent. Delphine raconte combien elle est contente de cette pause, qu’elle passe de super bons moments avec son mari et ses enfants. Qu’ils font la classe à la maison, qu’ils télétravaillent tous les deux, qu’ils s’organisent à tour de rôle et que c’est finalement une belle occasion ce confinement de passer du temps en famille. Elle en rêvait depuis longtemps.

Trop forte cette Delphine, se dit Marinette. Elle est impressionnée. Parce qu’elle, ce qu’elle vit dans sa famille, c’est un enfer. Elle n’arrive pas à bosser, son mari ne l’aide en rien, ses enfants sont surexcités, elle est dans un stress pas possible et ne dort plus à l’idée de devoir passer encore 6 semaines enfermée.

D’après vous, qu’est-ce qui explique cette différence entre leurs deux expériences?

Alors non, c’est pas parce que l’une habite au 4 étage et l’autre au 6e, pas parce que l’une travaille dans la banque et l’autre dans l’automobile. Ca n’a rien à voir avec l’environnement extérieur.

Bon, je suppose que si vous vivez en ce moment confinés à la mode Marinette, ça vous intéresse de savoir comment fait Delphine?

Figurez-vous que c’est facile.

Delphine a pris une décision très simple: elle a décidé qu’il y a une solution à tout problème.

Marinette, elle a pris une autre décision: elle a décidé, qu’il y a un problème pour toute solution.

Je m’explique. On est tous confinés dans des endroits plus ou moins agréables certes. Mais des endroits qu’on a choisis. Le foyer dans lequel vous êtes, c’est la conséquence de vos choix. Les personnes avec qui vous êtes, là aussi vous les avez choisis!

(Voix fâchée): “oui mais Cécile, moi Marinette, j’ai pas choisi de vivre avec un confiné / con fini qui passe sa journée à jouer sur sa console et qui ne m’aide en rien avec les enfants.

Woo, Ok Marinette, te fâche pas! Dis-moi juste: ton gars, tu l’as aimé, tu l’as peut-être même épousé, tu lui as fait 2 enfants. Tu veux me dire que le choix de ton conjoint n’est plus adapté aujourd’hui?

Est-ce que ce n’est pas plutôt la relation avec votre conjoint qui ne vous va pas?

Et qu’est-ce qui vous interdit de vous autoriser à faire des choix plus adaptés? Des choix adaptés à ce qui vous convient vraiment?

Qu’est-ce qui vous interdit de choisir de parler de vos besoins à votre conjoint?

De choisir de lui demander de gérer les enfants pour que vous passiez une heure tranquille?

De choisir de faire différemment avec vos enfants? De faire l’école autrement, de cuisiner autrement? De ranger autrement?

Qu’est-ce qui vous interdit de choisir de mettre votre cerveau en mode solution pour sortir du stress, du conflit, de la peur?

Marinette, votre galère aujourd’hui n’est pas le fruit d’une crise internationale. C’est le fruit de vos choix et de vos actions.

La possibilité de choisir est notre liberté, tout le temps. En ce moment, plus que jamais, cultivons ce choix pour traverser cette période confrontante et prometteuse.

Prenez soin de vous!

A l'affiche 
Articles récents
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
Archive
Mots-clés